La force du réseau

Parole d'incubé.e !

07 07 2022

L'interview de Tupac Soulas

ESCAPAD pour « Entreprise de Services Coopératif À la Personne À Domicile » est une CAE (Coopérative d’Activité et d’Emploi) spécialisée dans le service à la personne, implantée à Montpellier. Elle permet à des entrepreneurs d’adopter un statut de salarié et de devenir à moyen terme associés de la Scop. Ce statut permet à chacun de fonctionner comme une entreprise individuelle, tout en bénéficiant de la protection du statut de salarié et d’un accompagnement professionnel. A travers ce modèle de coopérative, Tupac Soulas et Sylvie Signat ont comme objectif de lutter contre la précarité des indépendants du travail à domicile.Escapad

 

Parle-moi d'une chose qui te donne envie de te lever le matin

Quand on crée une coopérative, on crée avec un petit nombre de personnes qui décide ensemble de ce que l'on va faire. Chaque entrepreneur va devenir porteur de la coopérative et va s’investir dans la gouvernance. Pour l’instant on est à un stade où nous, fondateurs, sommes indispensables et c’est cette responsabilité-là qui me fait me lever. La coopérative, si ce n’est pas moi qui y vais pour la faire tourner ça ne marchera pas. J’espère que plus tard, je pourrais me dire que si je ne me lève pas, c’est pas grave. Mais ce n'est pas encore le cas.

Si ton entreprise était une musique ?

Ma petite entreprise d'Alain Bashung. Il y a une anecdote assez amusante quand on est arrivés à Réalis.Tous les espaces de bureaux sont baptisés d'un nom de chanteur. On nous a mis dans l’espace de coworking Alain Bashung, et c’est vrai qu’une des premières choses que j’ai faite est de mettre la musique “Ma petite entreprise”. Le refrain c’est “Ma petite entreprise, ne connaît pas la crise”. C’est une chanson qui parle d'un personnage qui se donne à fond pour sa petite entreprise.

3 mots pour décrire ton expérience en tant que porteur de projet

Je dirais bienveillance, car on en a besoin et c’est précieux, c’est une ressource morale en tant que porteur de projet. Maintenant je suis chargé d’accompagnement et je vois bien qu’on a besoin de gens qui sont à l’écoute, qui encouragent, qui apportent quelque chose d’immatériel.

Complémentarité. Dans notre binôme avec Sylvie, chacun apporte sa propre touche sur le plan technique et personnel mais aussi dans la manière d’aborder les choses.

Coopération, par opposition à concurrence. On a la chance d’être dans l’ESS, quand on parle de coopération ça parle aux gens mais en pratique c’est aussi quelque chose qui doit être mis en œuvre. Et je pense qu’on réussi à faire en sorte de ne pas être vus comme un concurrent dans notre environnement, ce qui n’est pas évident. Je pense que c’est vraiment un confort de travail.

Les principales difficultés rencontrées en tant que porteur

La communication, on n'est pas en train de vendre des stylos, on vend un statut innovant qui n’est pas connu des gens. On veut proposer à des gens quelque chose qu'ils ne connaissent pas, l’entrepreneuriat-salarié c’est quand même quelque chose de technique.
Donc on doit expliquer à chacun, quand je dis chacun ce sont les entrepreneurs potentiels mais aussi les partenaires. La difficulté c’est de dire qu’il faut qu’on prenne le temps d’expliquer et qu’on détecte ce qui a été mal compris. C’est un travail de pédagogie. Il y a aussi une difficulté structurelle qu’on connaissait dès le début, le modèle économique des CAE dans le service à la personne était difficile. On a dû convaincre les gens qu’on allait quand même y arriver. On est pas sur un modèle économique facile.

En quoi l’accompagnement Alter’Incub t'a été utile ?

Quand on est entrés à Alter’Incub, c’était notre premier vrai pas officiel dans l’écosystème local de l’ESS. Ensuite intégrer Réalis était une étape assez logique. Il y aussi une certaine reconnaissance, on n'est pas juste un projet. Après il y a une sorte de caution morale.

L’échange avec un chargé d’accompagnement c’est partager parfois des émotions fortes !

Et même si selon moi c’est moins important, il y a aussi l’apport sur l’expertise technique, des conseils sur l’orientation du projet et sur la recherche de financements. On a bénéficié d'une expertise flash avec une personne qui a de l’expérience dans les CAE et d'une autre sur la communication visuelle.Dans le contenu même des formations, il y a des choses qu’on a mis en place, je pense notamment à la création d’un cadre de référence, que je promeus depuis, quand j'accompagne des projets parce que c’est hyper important. Je pense que l’apport le plus important est sur les choses moins formelles.

Imaginons que tu trouves une lampe d’Aladin et que tu aies le droit à un vœu...

J’aimerais bien pouvoir à un moment partir d’Escapad et que ça se fasse tout seul. Je veux tout mettre en place pour que ce projet puisse continuer à exister, sans qu'il y ait besoin de moi, en gardant le même esprit et les mêmes valeurs. J’aimerais que les entrepreneurs deviennent associés, qu’ils s’approprient la coopérative et qu'à terme on puisse transmettre un modèle économique qui est stable.

Des conseils pour celles et ceux qui se lanceraient dans l’entrepreneuriat social ?

Je conseille de définir un cadre de référence pour le projet et l'entreprise qui puisse permettre de dire ce qu’on veut qu'elle devienne. Et en même temps définir un cadre de référence personnel, que chacun puisse dire ce qu'il attend de cette aventure, ce qu'il est prêt à faire ou non.

 

Les dernières actualités

Alter'Incub recrute

Délégué. régional.e Innovation H/F en CDI (Montpellier) L’Union Régionale des Scop Occitanie Pôle Méditerranée recrute un Délégué Régional Innovation H/F pour son incubateur d’Innovation Sociale et environnementale ALTER’INCUB. ALTER’INCUB est le...
Lire plus...

Référencement de prestataires Alter'Incub

Dans le cadre de sa procédure d’achat interne et pour être en conformité avec les exigences liées au financement de ses actions par des fonds européens, l’Union Régionale des Scop Occitanie – Pôle Méditerranée lance un appel à référencement. L...
Lire plus...
prev
next